03-03-2017

COV & cancérigènes de la décharge valsud dans l'air de Septèmes-les-vallons

NON ASSISTANCE DE AIRPACA A PERSONNES EN DANGER

La figure ci-contre est extraite du document ci-dessous, obtenu par un journaliste dans le cadre d'une investigation journalistique en préparation.

Ce document contient une partie des résultats qualitatifs relatifs à l'analyse des contaminants chimiques organiques volatils COV présents dans l'air atmosphérique prélevé (sur capteur passif) à proximité de la décharge de Septèmes-les-Vallons.

Les documents originaux ont été légendés et agrémentés des pictogrammes appropriés, compte-tenu du caractère particulièrement préoccupant de telles observations scientifiques pour la santé des populations voisines de la décharge de Septèmes-les-Vallons, exposées jour et nuit à cet air, principalement contaminé par le benzène (substance cancérigène avérée).

En l'absence de présentation officielle des informations indispensables pour le contaminant : 

- chromatogrammes intégrés (avec résultats chiffrés de l'intégration)

- courbe de calibration

- détail des calculs de la concentration

absolument rien ne permet d'étayer scientifiquement l'affirmation officielle selon laquelle l'air atmosphérique de Septèmes-les-Vallons à proximité de la décharge VALSUD serait sain et que sa teneur en benzène inférieure au seuil toléré par la législation européenne actuellement en vigueur (2 microgramme par mètre-cube d'air en moyenne annuelle).

Compte-tenu du caractère alarmant de la teneur en benzène dans l'air atmosphérique constatée localement et de manière persistante depuis 2012 par le Centre indépendant Analytika, la santé des habitants des quartiers de Septèmes les Vallons situés à proximité de la décharge VALSUD est clairement menacée.

Les résultats bruts des mesures réalisées sur les capteurs mis en place à Septèmes-les-Vallons que nous sommes parvenus à nous procurer (voir document ci-dessous) et que AIR PACA se refuse à publier, confirment pleinement les craintes de Bernard Tailliez, fondateur et directeur scientifique du Centre indépendant Analytika et conseiller technique de l'association de riverains ACDSV.

La mission de surveillance de la qualité de l'air confiée à AIR PACA n'est donc pas loyalement et complètement remplie, ce qui constitue le délit de non-assistance à personne en danger, au sens de l'article 223-6 du Code Pénal :

"Quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient volontairement de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours"

Télécharger
Pollution de l'air de Septèmes-les-Vallons par les COV cancérigènes émis par la décharge VALSUD.
20170303_communique_analytika_chromatogr
Document Adobe Acrobat 300.6 KB