15-03-2017

Benzène dans l'air de Septèmes : airpaca propage la voix de son maitre 

En réponse à la demande téléphonique d'un individu se prétendant directeur de l'officine ATMO/DREAL connue sous le nom AIRPACA, le président de l'ACDSV (Association Contre la Décharge de Septèmes-les-Vallons) Daniel Piéri a accepté le principe d'une entrevue le 15 mars 2017.

Organisée en comité restreint et en présence de Bernard Tailliez (fondateur du Centre indépendant Analytika et conseiller scientifique de l'ACDSV), cette réunion visait à s'assurer de la sincérité et de la véracité des données chiffrées que AIRPACA devait rendre publiques concernant la présence de substances cancérigènes dans l'air des quartiers de la commune exposés aux émanations toxiques et d'odeur nauséabonde libérées dans son voisinage par le centre d'enfouissement d'ordures VALSUD.

Discrètement exfiltrées à la source et communiquées à l'association ACDSV (à l'occasion d'une enquête journalistique en préparation) les chromatogrammes ci-dessous résultent des analyses conduites par le laboratoire central du réseau ATMO sur l'air atmosphérique prélevé par AIRPACA sur capteurs atmosphériques passifs installés à Septèmes-les-Vallons.

Ces données brutes m'ont immédiatement été transmises pour interprétation scientifique, et les deux plus représentatives de ces courbes sont présentées ci-dessous.

Chromatogramme AIRPACA ref. 991 OE

Chromatogramme AIRPACA ref. 995 OE

l'examen de ces données conduit à un constat scientifique alarmant puisque ces échantillons d'air s'avèrent contaminés par environ soixante contaminants COV (Composés Organiques Volatils) et que les deux principaux polluants, présents à fortes teneurs comme illustré ci-dessus, sont respectivement :

benzène
benzène


- le benzene (substance CMR cancérigène avéré)

 

 

- le toluène (substance CMR reprotoxique ).

toluene
toluene

Pour fixer l'ordre du jour de l'entrevue accordée par ACDSV à la demande du directeur d'AIRPACA, et préciser clairement les attentes de l'association, le courriel ci-dessous lui a été adressé dès le 07-03-2017.

Monsieur

En prévision de votre prochaine rencontre avec Daniel Piéri, Président de l’ACDSV Association Contre la Décharge de Septèmes-les-Vallons à laquelle il m’a demandé d’assister au titre de conseil scientifique, merci de prendre connaissance de cette note et du communiqué ci-joint, relatif aux informations techniques que l’association ACDSV vous a réclâmées en vain (par courrier recommandé avec accusé de réception), et auxquelles nous regrettons vivement de n’avoir pu accéder qu’indirectement par l’intermédiaire d’un journaliste parisien.

Il ne nous parait pas acceptable que les habitants du quartier de Septèmes-les-Vallons (où vos derniers prélèvements atmosphériques révèlent de fait la présence de teneurs inquiétantes en benzène), s’avèrent finalement les derniers informés de votre constat, et que le constat de votre organisme demeure toujours incomplet, puisque à ce jour et parmi les nombreux autres contaminants présents :

 -          aucun résultat d’intégration chromatographique,

 -          aucune courbe de calibration

 -          aucun résultat chiffré ( teneur exprimée en microgramme par mètre-cube d’air) dans l’air prélevé pendant la période considérée, scientifiquement déduit par croisement des deux éléments scientifiques indispensables sus-nommés relatifs au benzène présent dans l’air de ce quartier de Septèmes-les-Vallons, n’accompagne vos mesures ni n’a été porté à la connaissance du public.

Je vous rappelle que, à la demande de ACDSV, le centre Analytika a mis en évidence depuis plusieurs années et à plusieurs reprises les preuves scientifiques irréfutables de la présence de teneurs préoccupantes en benzène dans l’air atmosphérique prélevé dans les quartiers de Septèmes-les-Vallons les plus proches de la décharge VALSUD.

Les analyses GC/MS des lixiviats provenant de ce site ayant aussi révélé la présence de benzène dans ces liquides, nous sommes logiquement en droit de suspecter fortement que cette substance –cancérigène connu pour l’homme- provient de l’évaporation de déchets d’origine industrielle illégalement introduits dans ce site d’enfouissement d’ordures ménagères.

L’ensemble des informations évoquées ci-dessus est consultable en suivant le lien ci-dessous :

https://www.analytika.fr/investigations/valsud-septemes-les-vallons/

L’intérêt que vous semblez porter maintenant à la santé des pins au voisinage du site VALSUD (dont le dépérissement vous a été rapporté par Daniel Piéri) vous honore, mais –au même titre que les pins d’Alep qui vous préoccupent- les habitants des quartiers voisins du site VALSUD n’ont pas d’autre choix que de respirer jour et nuit un air contaminé par un produit cancérigène connu pour l’homme, entre autres composés organiques volatils toxiques.

Les considérations de santé publique indissociables de la présence avérée de teneurs anormalement élevées dans l’air d’une substance cancérigène pour l’homme –dont vous avez maintenant acquis la preuve irréfutable- entrant plus directement dans le cadre de la mission de l’organisme de contrôle de la qualité de l’air que vous dirigez en région PACA, elles devront donc constituer l’objet principal de cette rencontre.

Cette entrevue fournira donc à AIR PACA l’occasion de présenter en détail, pour au moins un des chromatogrammes figurant dans votre document ci-joint :

 -          1 - Le résultat de l’intégration du pic attribué au benzène

 -          2 - La courbe de calibration afférante au benzène (évidemment obtenue dans les conditions expérimentales strictement identiques à celles utilisées pour l’acquisition du chromatogramme que vous aurez choisi parmi ceux dont vous disposez)

 -          3  - Les résultats chiffrés résultant du croisement des informations scientifiques 1) et 2) ci-dessusexprimés en microgramme par mètre-cube d’air atmosphérique et relatifs au contaminant cancérigène benzène, objet de la principale préoccupation des habitants.

La promenade d’observation en pinède que vous sollicitez dans votre courrier (que Daniel Piéri m’a transmis) pourra dès lors se dérouler, sans que ma présence y soit véritablement requise.

A la demande du Président Daniel Piéri, actuellement en déplacement à l’étranger, je me place à votre disposition pour tout échange d’information que vous pourriez juger nécessaire à la préparation de l’entrevue du 15 mars 2017, selon l’ordre du jour que cette note a pour objet de vous préciser.

Salutations

Bernard Tailliez

Télécharger
Communiqué du Centre indépendant Analytika
20170303_communique_analytika_chromatogr
Document Adobe Acrobat 300.6 KB

Les trois agents d'AIRPACA se sont finalement présentés le 15 mars 2017 à la réunion qu'ils avaient eux-même sollicité de l'association ACDSV.

N'apportant aucune réponse à mes questions, et s'obstinant au contraire à nier une évidence pourtant attestée par leurs propres données analytiques, j'ai quitté les lieux pour retourner à mes occupations.

Non sans manifester ouvertement mon indignation devant leurs mensonges effrontés.

AirPACA doit disparaître !