Cancérigènes et perturbateurs endocriniens dans l'air

Laisser croire au grand public que la surveillance de la qualité de l'air en France -dans la vallée de l'Arve ou ailleurs- se résume à la seule mesure pondérale des poussières aéroportées relève de l'abus de confiance.

C'est pourtant la stratégie adoptée par l'officine ATMO Auvergne Rhône Alpes, avec l'assentiment de son Ministère de tutelle, le soutien tacite des inspecteurs des installations industrielles polluantes (DREAL) et la participation active des services de la préfecture de Haute-Savoie.

Ainsi, depuis décembre 2016, l'opinion publique est-elle incitée par les médias (voir ci-dessous Le Monde 08-12-2016) à admettre que le chauffage individuel au bois serait le principal coupable de la pollution de l'air dans la vallée de l'Arve !!!.

Télécharger
"Dans la vallée de Chamonix, le chauffage au bois est le principal coupable de la pollution"
Le Monde 08-12-2016
Dans_la_vallée_de_Chamonix_le_chauffage
Document Adobe Acrobat 86.5 KB

Les hypothèses auxquelles prétend conduire la publication du CNRS-Grenoble (voir ci-dessous) résultent d'une étude controversée (financée par ATMO Auvergne...) et la communication officielle vise donc manifestement à détourner l'attention de l'opinion des véritables sources polluantes (industries et trafic automobile) en attribuant au mode de chauffage individuel au bois de quelques particuliers la responsabilité de la pollution de l'air dans la vallée de l'Arve.

Télécharger
Publication CNRS-Grenoble
20161014_Estimating_contributions_from_b
Document Adobe Acrobat 1.6 MB

Les hypothèses du CNRS-Grenoble sont formellement contredites par les résultats expérimentaux des investigations du Centre indépendant Analytika portant sur la composition chimique de poussières aéroportées collectées à Passy (rapports analytiques librement accessibles sur Internet, en dépit des déclarations fallacieuses du préfet Lambert).

 

Réalisées à la demande du collectif citoyen Coll'Air Pur / Santé, ces mesures révèlent que les polluants transportés par ces poussières ne peuvent en vérité être reliés qu'à des émissions d'origine industrielle et au trafic automobile routier et autoroutier.  

Télécharger
Déterminé et confiant, le préfet fustige l’action de « Coll’Air pur »
20180517_le_faucigny.pdf
Document Adobe Acrobat 504.3 KB

Les sanctions financières que la Cour européenne de justice s'apprête à imposer à la France à la suite des infractions constatées depuis plus de dix ans dans le domaine de la qualité de l'air dans la vallée de l'Arve sont la conséquence directe :

  • du lobbying permanent exercé par l'officine ATMO Auvergne Rhône Alpes
  • de la complaisance que continuent de témoigner le préfet Lambert et les inspecteurs de la DREAL placés sous sa tutelle à l'égard des sources industrielles de pollution  
  • de l'absence de toute initiative officielle susceptible de prendre en compte les questions de santé publique soulevées par la contamination chimique de l'air atmosphérique.